Ce dimanche a Garches, il y avait une ambiance de cirque : les algecos ressemblent toujours à des roulottes, les magiciens font disparaître les liences, et même si Michel n'a pas chanté "Bobino et Bobinette", il y a eu deux beaus numéros de fauves sur le terrain pendant les 2 matchs.

Les lions de la réserve bouffent les dompteurs des mureaux

Titulaires : Zeb, Laurent, Victor, Louis, Pierre, Emilien (c), Xavier, Baptiste, Hugo (m), Maxime A. (o), Grégoire, Paul, Jacques, Thibault G., Alex G // Remplaçants : Thomas, Julien, Thibaud, Max. P, Frédéric, Nicolas

Ils venaient précédés d'une réputation plutôt flatteuse d'équipe "à battre" cette saison. Les Mureaux sont repartis chez eux largement battus par une équipe garchoise pourtant remaniée, mais qui aura fait preuve en première mi-temps d'un engagement total pour "tuer" le match. Prenant à la gorge son adversaire dès le coup d'envoi, les locaux vont commencer par marquer les points au pied, avant que Paul n'inscrive son premier essai profitant de l'excellent travail des avants pour offrir des belles munitions aux arrières (10-0).

Les muriautins particulièrement maladroits ne viennent que rarement dans le camp garchois en première mi-temps. Tout l'inverse de Garches qui domine les débats, alterne avec intelligence le jeu rapide et le jeu plus lent et campe dans le camp adverse. Sur chaque charge, Baptiste fait parler sa puissance. L'engagement des garchois paye : ils inscrivent une nouvelle pénalité, et deux essais, toujours pas l'intermédiaire de Paul, particulièrement bien inspiré dans chacune de ses actions. 

A la pause le score de 25-0 pour les garchois reflète le travail réalisé.

La deuxième mi-temps sera pourtant d'un tout autre accabit. Les Mureaux reviennent sur le pré avec d'autres ambitions et se décident à jouer sur leurs points forts, à savoir sur leurs avants, bien plus lourds que les nôtres. Les garchois, eux, se mélangent les pinceaux et multiplient les fautes en attaque, n'exploitant quasiment aucun ballon durant une grande partie de la seconde mi-temps. Heureusement les charges des avants muriautins sont régulièrement stoppées par une défense solide et des joueurs prêt à se sacrifier pour garder leur ligne inviolé, à l'image de cette séquence de pick and go à 5 m de l'en-but dont Garches sortira vainqueur. 

Bien qu'handicapés par les blessures - "entorse de la calvitie" pour Ziboudine diront certains - et les repositionnements de joueurs à des postes dont ils n'ont pas l'habitude, les garchois font preuve de beaucoup de solidarité pour présever le score et le bonus offensif jusqu'au coup de sifflet final.

Les tigres de la première rugissent trop forts pour les Mureaux

Titulaires : Marius, Corentin, Mathieu, Charles C., Pierrot (c), Clément M., Clément A., Pierre L., Sébastien (m), Yohann (o), Charles G., Eliott, Jean, Bruno, Adrien // Remplaçants : Thomas, Thibault, Thibaut Q, Pierre 'Peyo', Anthony, Hadrien, Max. L

A peine rentrées dans l'arène, les tigres garchois rugissent fort, très fort. Ils ne rôdent pas autour de leur proie, non, ils se jettent dessus directement. Et même si Yohann rate la première pénalité, et que Coco sort rapidement sur blessure aux cervicales (son statut facebook de ce soir se veut rassurant), les garchois donnent un premier coup de patte dans la protection des Mureaux : au terme d'un groupé pénétrant bien maitrisé, Pierre L. inscrit le premier essai (5-0), malheureusement non transformé par Yohann.

Le fouet des Mureaux claque... les tigres garchois griffent. Il en faudra plus que les quelques attaques en première intention des Mureaux pour dompter les garchois. Mais la répétition des charges use la défense qui se met à la faute. Mathieu écope du premier carton blanc. Même à 14, les garchois ne ferment pas le jeu mais se heurtent à des muriautins solides. Si le jeu s'équilibre, Garches prend un nouveau carton blanc (Pierre L.) et va donc jouer à 13 pendant 2 minutes. Les Mureaux n'en profitent pourtant pas, et c'est même Garches qui revient à proximité de la ligne adverse et montre les crocs.

Adrien, toujours affuté et tranchant, fait mal sur chacune de ses relances. Et quand le tigre décide de frapper, ce n'est jamais pour rien : félin et puissant, il s'enfonce dans la défense adverse et percute le troisième ligne adverse. La scène est rapide, le choc violent, le son impressionnant et l'émotion se ressent dans les tribunes quand le 7 reste au sol, totalement KO. Au réveil, il se souviendra de son nom et sa douche du matin... mais ce n'est que plus tard qu'il se souviendra du choc avec le tigre. Je m'en amuse, mais nous lui souhaitons sincèrement un bon rétablissement.

A la pause, Garches mène donc 5 à 0. Un score étriqué qui ne met pas le RCGV à l'abris.

A l'aube du deuxième acte, les tigres qui n'ont toujours rien bouffé, ont bien l'intention de manger du muriautin. A 5m de l'en-but, les "gros" s'organisent, "Pompom" s'échappe au ras, mais se fait reprendre. L'arbitre - excellent au demeurant - siffle une nouvelle pénalité pour Garches. Pierrot choisie la touche et sur le regroupement qui suit, la meute des tigres rugit dans le même sens. Pierre voit le trou sur le petit côté et s'y glisse sans se faire prier pour un joli doublé. Deuxième coup de griffe dans la défense des Mureaux (10-0). Dommage toutefois que Yohann rate encore la transformation.

Le combat change alors d'allure. Les tigres ont mis la pate sur leur proie... ils ne vont plus le lâcher. Avec un gros pressing offensif, sur le jeu au pied par dessus la défense de Yohann, ou des attaques simples en première main pour jouer au ras, Garches prend l'ascendant. Même s'il faut reconnaître que l'équipe locale gâche un grand nombre de munitions.

De leur côté, Les Mureaux sont assez maladroits et peu créatifs. Et sous la menace des tigres, ils prennent peur et font claquer leurs fouets inutilement dans les regroupements. Résultat, le troisième ligne prend un jaune, imité quelques minutes plus tard par le premier centre. Antony rate pourtant la pénalité - ce n'était pas la journée des buteurs. Bien que réduits à 13, Les Mureaux ne craquent toutefois pas. 

Si Jean, notre deuxième centre, finira le match avec un maillot quasiement propre - un match "à la jover" , sans ballon à jouer ni placage à faire diront certains - ce n'est pas le cas de Thibaut Q. qui, quelques minutes après son entrée en jeu, se fait prendre par la patrouille sur un regroupement. Carton jaune. Garches finira à 14.

Cette dernière péripétie, et les dernières attaques vaines des Mureaux pour récupérer le bonus défensif ne changeront rien. Les tigres garchois ont mis les crocs dans leur victime, il ne la lâcheront pas. Ils s'imposent 10-0 au terme d'un match très solide, illuminé par les fulgurances d'Adrien et en faisant preuve d'un gros mental qui leur avait parfois manqué la saison dernière.

Garches lance sa saison de la meilleure façon possible. C'est une victoire importante. Mais l'erreur consisterait à se voir déjà trop beaux et trop forts. Seuls le travail et l'humilité nous permettront de reproduire dimanche prochain ce genre de match

Souvenez-vous que Voltaire a dit : "L'humilité est le contre-poison de l'orgueil".

Bonne semaine à tous.