Ce dimanche, malgré la météo, les deux équipes se sont livrées à un duel incroyable d'intensité pour nous offrir un match ...

Non, j'y arrive pas. Dès la première ligne, je sens que je suis pas crédible. Car il faut dire ce qui est, ce dimanche à Coulommiers, on s'est fait chier emmerdé grave ennuyé du début jusqu'à la fin.

La réserve ne retiendra que la victoire 

Titulaires : Thomas, Dimitri, Laurent, Louis, Pierre Am., Emilien, Thibaut C., Baptiste, Frédéric (m), Jacques (o)(c), Grégoire, Hugo, Thibaud L., Marek, Julien // Remplaçants : Nils, Pierre-Hadrien, Clément, Guillaume, Alexandre, Max P., Kévin

Sous une pluie battante, il est difficile de produire du jeu. Et encore plus lorsqu'on joue face à une équipe qui mélange d'anciens grognards au sein de laquelle de jeunes chiens fous confondent engagement et mauvais coups, et que le match est arbitré par un LCA (Marius, merci encore).

Après une entame de match marquée par une domination normale et attendue des garchois, symbolisée par cette mélée à 5 m de l'en-but à la sortie de laquelle Grégi se fait stopper à 1 m de l'en-but, le match sombre dans l'approximation (ou le n'importe quoi, comme vous voulez). Les nombreux en-avants émaillent la partie et Garches se laissent endormir par Coulommiers qui, s'il ne produit rien, nous fait reculer par son jeu au pied. A la 25e , c'est d'ailleurs les locaux qui ouvrent le score (3-0). Nils aura bien l'occasion d'égaliser, mais échouera dans l'exercice (30e). Et malgré quelques tentatives d'attaques au large, Garches ne parvient pas à marquer au cours du premier acte. Le score à la mi-temps est donc ce merveilleux 3-0 qui traduit à merveille la pauvreté du jeu. Bon ceci dit, 3 points, certains s'en contenteraient s'ils savaient passer les pénalités face aux perches... pas vrai la première ?

En deuxième mi-temps, Coulommiers est réduit à 14 (et par moments à 13). Garches remet la main sur le ballon et c'est en jouant devant, grâce à une charge rageuse de Thibaut, suite à une bonne combinaison sur une pénalité, que Garches reprend l'avantage (5-3). Cinq minutes plus tard, Hugo profite d'un ballon contré pour aller aplatir le deuxième essai garchois, transformé par Nils (12-3). Garches domine, et Coulommiers réagit en durcissant - de la mauvaise manière - le jeu. Garches marquera un nouvel essai par Marek suite à un bon mouvement où la balle finit à l'aile. Mais sur une grosse bagarre impliquant plusieurs joueurs, l'arbitre préfère interrompre le match avant son terme. Garches s'impose au terme d'un match médiocre, sans avoir jamais réussi à produire un jeu digne de ses ambitions face à une équipe adverse faible.

Et puis, il y a eu le match de la première

Titulaires : Mathieu, Sébastien, Pierre B. (c), Charles, Romain, Pierre 'Peyo', Clement, Pierre L., Sébastien (m), Antony (o), Bruno, Arnaud Sa., Jean, Maxime, Elliott // Remplaçants : Marius, Richard, Nicolas, Vincent 'Tezek', Adrien, Charles G., Arnaud Sc.

Coulommiers est peut-être loin de Garches, mais le club dispose d'un superbe club house dans lequel un bel écran plasma permet de suivre dans d'excellentes conditions le match de Toulouse face à Leicester en coupe d'Europe.

Avant d'en arriver là, toutefois, on a pu suivre en tribune, dans d'excellentes conditions le match de la première en grignotant de délicieuses frites chaudes, un petit plaisir appréciable compte tenu des conditions météo. Louis attaquait sa bière pendant que Jacques, bien plus sage, se réchauffait avec du thé apporté dans son propre thermos. Nils quant à lui s'amusait à répéter inlassablement "directe" à chaque pénalité tapée en touche par Coulommiers. Ajoutez quelques critiques inévitables sur l'arbitrage, une salve d'applaudissement quand le talon de Coulommiers prend un jaune... et vous avez tous les ingrédients d'une ambiance bonne enfant pour passer un dimanche après-midi entre potes.

La fanfare au centre du terrain nous a joué a tour de rôle des classiques du répertoire français comme "les petites femmes de pigalles", mais aussi "ce soir on vous met le feu" ou "tata yoyo". Elle s'est même amusée à nous accompagner pendant que nous entamions notre célèbre "longue est la route qui serpente devant nous" après avoir largement chambré le petit juge de touche roux qui officiait devant nous, j'ai nommé Charles G.

Un "zébulon" local, mais bien moins drôle, entonnait souvent seul de nombreux chants d'encouragements pour son équipe. Si on compare les deux organes, notre Zébulon l'emporte largement.

Voila, voila, vous avez un petit aperçu d'un dimanche classique en tribune.

Ah oui, comme vous pouvez le constater, je n'ai pas parlé du match. A part vous dire qu'Arnaud "di Patou" a été élu homme du match par le public pour son gros travail offensif - bien que stérile au final - et ses beaux placages défensifs, je ne vois pas ce que je pourrai raconter sur un match qui s'achève sur un 0-0 pathétique. La première méritera bien son "mumu" dans le bus retour.

Comme dit le proverbe chinois "On ne fond pas de bonne épée avec du mauvais acier".

Bonne semaine