Impossible de faire durer le suspens compte tenu du titre choisi : en gagnant ce week-end à Parisis, Garches s'est offert le droit de jouer les phases finales d'Ile de France, avant même le dernier match, avec l'espoir de pouvoir ensuite jouer le championnat de France. Et la réserve jouera la première place de la poule en recevant Meaux le 24 mars prochain.

Tout n'a pourtant pas été aisé ce dimanche, loin s'en faut.

La réserve en une mi-temps

Titulaires : Thomas de C., Maxime B., Alexandre "Leon", Pierre Hadrien, Pierre Am. (c), Emilien, Thibaut Q., Alexandre H., Jacques (m), Maxime Al. (o), Grégoire, Guillaume, Adrien, Thomas G., Bruno "Cayat" // Remplaçants : Florian, Corentin, Pierre "Peyo", Louis, Xavier, Thibaut V.

Tout commence par l'attente - longue et vaine - de l'arbitre. Du coup, les deux équipes sont contraintes de tirer au sort un LCA. Un tirage au sort remporté par les locaux.

Il n'aura fallu qu'une mi-temps à la réserve pour tuer le match. Forte d'une excellent entrée en matière, elle s'installe rapidement dans le camp de Parisis. Après une interception ratée par Adrien, qui aurait pu filer à l'essai, c'est Cayat qui relance de ses 22, fait parler sa vitesse et sa vista, pour remonter le ballon dans les 22 adverses. Parisis est rapidement acculé. En tentant la relance de son en-but, sous la pression, le porteur de ballon n'évite pas le placage d'Adrien qui récupère la balle et aplatit. Garches ouvre le score (5-0).

Appelé à la rescousse par un blessé, Zebulon - soigneur d'un jour - traverse le terrain la chevelure au vent, avec dans l'allure un quelque chose qui se situe entre le nain de la moria du seigneur des anneaux et un modèle de pub Petrole Hahn.

Dans un premier acte à sens unique, Garches va marquer 4 nouveaux essais par l'intermédiaire de Adrien (doublé), Guillaume (doublé) et Grégoire. A la pause, Parisis est mené 29 à 0.

La deuxième acte sera plus équilibrée, sans doute parce que le score était déjà acquis d'une part, et que Parisis, est enfin sorti de sa torpeur d'autre part. Garches sera un peu moins appliqué mais marquera toutefois un nouvel essai par le biais de Maxime, notre talonneur, pour un score final de 36-0 qui ne souffre aucune discussion.

La réserve peut désormais préparer sa finale contre Meaux, le 24 mars prochain, où elle devra gagner avec un point de bonus pour espérer récupérer la première place de poule et jouer le championnat de France.

La première l'emporte en infériorité numérique

Titulaires : Laurent, Sébastien, Jérome (c), Victor, Romain, Clément F., Charles, Vincent, Hugo, Antony, Maxime L., Arnaud Sa., Jean, Alex G., Eliott // Remplaçants : Richard, Nils, Mederic, Clément M., Paul, Bruno, Yohann.

Dans ce match à enjeu - les phases finale pour Garches, éviter la relégation pour Parisis - il n'y aura pas eu de temps d'observation. Parisis aggresse littéralement les garchois dès l'entame et concrétise rapidement son avantage au score par une pénalité (3-0). Garches, un peu amorphe, subit le jeu, mais se montre réaliste en profitant d'une de ses rares incursion dans le camp de Parisis pour concrétiser un coup franc joué à la main en un essai signé Antony (7-3). Contre le cours du jeu, Garches mène au score, mais subit la rencontre. Et se retrouve une première fois en infériorité numérique suite à un carton blanc reçu par Maxime Lenoir.

Parisis rate une pénalité, et ne profite pas de son avantage numérique pour recoller au score. Le match est tendu, engagé. Garches retrouve petit à petit son rugby, mais manque cruellement de sérénité dans le premier acte. Et pourtant, elle va virer en tête à la pause, après une nouvelle pénalité réussie juste avant le coup de sifflet (10-3).

Si le jeu s'équilibre un peu après la reprise, le deuxième acte va être marqué par le carton rouge infligé à Jérôme. On peut regretter une sanction qui ne "frappera" qu'une seule des deux équipes. Mais peut-être que ce coup du sort va justement redonner un supplément d'âme aux garchois dans l'adversité. Garches va certes subir, et encaisser un essai (10-8). Mais l'équipe va trouver la force nécessaire pour ramener le jeu dans le camp adverse. Parisis commet des fautes et écope - enfin - à son tour d'un carton blanc. Un bénéfice de courte durée pour Garches, puisque Vincent écope aussi d'un carton blanc.

Elliott ne tremble au moment d'ajouter 3 points et permet au RCG de reprendre un peu d'air dans un match tendu et stressant au fur et à mesure que les minutes s'égrainent. Les visiteurs, réduits une nouvelle fois à 13 après le carton jaune de Fisher, sentent que la victoire est proche et ne lâchent rien. La frustration des locaux dépasse parfois le cadre sportif. Pour autant, ils ne parviennent pas à trouver la faille dans la défense cadenacée des garchois. Nos joueurs ne lâchent pas et remporte, au bout du suspens, un match âpre qui leur ouvre les portes des phases finales d'Ile de France.

S'il n'y a pas eu la manière, la victoire obtenue aujourd'hui par le groupe est belle et significative. Elle récompense un travail et un investissement important. Elle nous permet d'écrire une page de l'histoire du RCGV. Mais elle ne trouvera tout son sens que si elle est concrétisée lors des phrases finales qui vont suivre.

Alors, au travail !

Pour finir, je citerai Anne Frank, qui dans son journal écrivait "Le courage et la joie sont deux facteurs vitaux". Il nous aura fallu du courage pour gagner, et nous offrir la joie de la victoire. Ce soir, nous sommes donc vivants !